Les activites des petits-loups chez une A-M . . . . . .

Les activites  des petits-loups chez une A-M     . . . . . .

L'opposition

La crise d'opposition

 
A partir de 18 mois, l'enfant affirme sa personnalité et, grâce à ses progrès moteurs, devient de plus en plus autonome. C'est l'âge de la curiosité insatiable, de l'exploration et des découvertes. C'est aussi l'âge de l'apprentissage du permis et du défendu, du bien et du mal.

L'adulte, soucieux de la sécurité de l'enfant, va multiplier les interdits. Le non devient alors le mot le plus utilisé : NON, ne fais pas ça! , NON, ne touche pas ça!
A son tour, il va utiliser le non pour l'opposer à l'adulte, d'où le nom d'opposition.

Une phrase résume bien cette situation : l'enfant se pose en s'opposant.

Toutefois cette crise est éprouvante pour l'adulte comme pour l'enfant. Il est indispensable que l'enfant trouve en face de lui une personne faisant preuve de fermeté, pour qu'il comprenne que sur les points importants comme sa sécurité, ce n'est pas lui qui décide. Il faut lui expliquer son point de vue et son action, lui faire comprendre qu'il y a des limites à respecter et savoir, si nécessaire, imposer son autorité en disant : maintenant, ça suffit!

Extrait tiré du livre "Être assistante maternelle" de Claire Jardy-Masson
 

Prière secrète d'un enfant à sa mère et à son père

par Jacques Salomé

Maman, Papa,
je vous en supplie,
ne me laissez pas croire
que mes désirs sont tout-puissants.
Maman, Papa,
je vous en prie,
prenez le risque de me frustrer
et de me faire de la peine,
en refusant certaines de mes demandes.
Maman, Papa,
c'est important, pour moi,
que vous sachiez me dire non,
que vous ne me laissiez pas croire
que vous pouvez être tout pour moi,
que je peux être tout pour vous.
Maman, Papa,
surtout entendez mes désirs,
mais n'y répondez pas tout de suite.
En les satisfaisant trop vite…
Vous risquez de les assassiner.
Confirmez-moi que j'en ai,
qu'ils sont recevables ou irrecevables,
mais ne les prenez pas en charge
à ma place.
Maman, Papa,
s'il vous plaît,
ne revenez pas trop souvent sur un refus,
ne vous déjugez pas.
Pour que je puisse ainsi découvrir
mes limites et avoir des repères clairs.
Maman, Papa,
même si je réagis, si je pleure,
si je te dis à toi, Maman, "méchante et sans cœur…",
reste ferme et stable.
Cela me rassure et me construit.
Si je t'accuse toi, Papa, "de ne rien comprendre",
ne m'enferme pas dans mes réactions.
Maman, Papa,
par pitié, même si je tente de vous séduire, résistez.
Même si je vous inquiète, ne vous soumettez pas.
Même si je vous agresse parfois, ne me rejetez pas.
C'est comme cela que je pourrais grandir.
Maman, Papa,
vous dire aussi à chacun que
je ne suis que votre fils, votre fille

Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser